Nous découvrir > Démarche de qualité
Démarche de qualité

Démarche de qualité

La démarche qualité a pour objectif de garantir la meilleure prise en charge pendant votre séjour dans l'établissement. Cette démarche concerne l'hygiène des locaux, le respect de vos droits, la réalisation des soins ou encore l'organisation de la logistique. Elle vise plusieurs objectifs :

1. Garantir la sécurité des soins

La sécurité des soins vise à anticiper d'éventuels incidents associés à votre accompagnement dans l'hôpital. Elle s'appuie sur la gestion anticipée de plusieurs risques et la mise en place d'actions correctives. Les risques directement en lien avec votre séjour concernent :

Les risques liés aux soins : Ils sont liés aux différents actes de soins pratiqués par les équipes soignantes et médicales. Ces risques incluent les risques transfusionnels pour lesquels une démarche spécifique est mise en place. Les actions de prévention des risques liés aux soins s'appuie à l'hôpital sur des démarches d'évaluations périodiques et le suivi d'indicateurs relatifs aux événements indésirables signalés.

Les risques infectieux, sanitaires et environnementaux : du fait de son activité, l'hôpital Jean Jaurès est amené à recevoir en très grande majorité des patients issus d'autres établissements plutôt que de leur domicile. Cela induit des conséquences spécifiques sur les agents infectieux pouvant être présents dans l'établissement. La démarche de lutte contre les infections nosocomiales s'appuie sur une surveillance régulière et sur des formations aux différents gestes d'hygiènes. Ces risques sanitaires peuvent également être liés à l'environnement : l'eau, l'air, les différents effluents. Afin de limiter ces risques, l'établissement met en place un plan de surveillance de l'environnement et de l'eau en particulier. Dans le même principe, les prestataires de restauration et de gestion du linge communiquent régulièrement les résultats de leurs prélèvements respectifs.

Les risques logistiques : Indépendamment des risques infectieux, les risques inventoriés liés à la logistique concernent essentiellement les ruptures des stocks qui peuvent résulter de dysfonctionnements dans l'approvisionnement aussi bien pour la restauration, le linge, les médicaments, les dispositifs médicaux et les différents stocks de consommables. L'hôpital assure dans ce cadre une réévaluation régulière de ses stocks et des dotations.

Les risques informatiques : Le logiciel de dossier patient est l'une des principales sources de risques identifiée à la fois a priori et a posteriori. Il fait l'objet d'améliorations périodiques en collaboration avec son éditeur. L'évolution du nombre de dysfonctionnement ainsi que les enquêtes réalisées directement auprès des professionnels permettent d'évaluer l'efficacité des mesures d'amélioration.

2. Vous impliquer dans votre accompagnement

L'esprit de la loi du 04 mars 2002 est de placer le patient en position d'acteur de son accompagnement et de vous donner les moyens de faire valoir vos droits. Pendant votre séjour, vous devez être informé de façon claire et intelligible pour être en mesure de prendre les décisions qui vous concernent, en concertation avec les équipes médicales et soignantes. Cela se concrétise par la désignation de la personne de confiance, le droit d'accès à toutes les informations médicales vous concernant ou encore la nécessité du consentement éclairé lors des actes à risque.

Plusieurs actions sont mises en place au sein de l'hôpital Jean Jaurès :

Améliorer votre accès à l'information : les projets thérapeutiques mis en place doivent s'établir autour d'une relation de confiance entre vous et l'équipe soignante. Vous devez avoir un accès facile à l'ensemble des informations vous concernant, y compris le contenu de votre dossier médical. Le livret d'accueil, les affichages dans les chambres et les espaces collectifs, ainsi que les échanges avec les équipes soignantes permettent de garantir la circulation de cette information.

Faciliter votre expression et celle de votre entourage : Ce recueil de l'expression est assuré par les questionnaires de satisfaction, mais aussi la possibilité de formuler des plaintes et des réclamations. De façon complémentaire, l'hôpital Jean Jaurès réalise des enquêtes ponctuelles sur des sujets déterminés par la Commission de Relation avec les Usagers. Les résultats de ces enquêtes permettent de mieux identifier les canaux d'informations et les moments les plus propices pour capter votre attention.

Mieux vous associer aux décisions thérapeutiques : L'arrivée d'un patient dans un service de Soins de Suite et Réadaptation se concrétise par la mise en place d'un projet thérapeutique déclinant les grandes orientations à suivre au cours du séjour. Ce projet est le fruit d'une réflexion pluridisciplinaire devant être tracée mais surtout devant recueillir votre adhésion.

3. Le développement d'un environnement bientraitant

La lutte contre la maltraitance passe avant toute chose par la stimulation d'un environnement qui l'empêche de s'installer durablement. Différents objectifs sont déterminés dans l'établissement pour accompagner la définition de cet environnement bientraitant :

Respecter votre singularité : chaque acte de soins doit vous vous permettre d'exprimer votre singularité, votre individualité. L'organisation des soins développe un objectif de lutte contre les discriminations et de respect des patients quelque soit leur origine sociale, culturelle ou ethnique, leur âge, genre ou orientation sexuelle.

Préserver votre intimité : elle touche l'ensemble des professionnels amenés à interagir vous, depuis votre arrivée dans l'établissement (personnels administratifs, visiteurs, ambulanciers), pendant votre hospitalisation et jusqu'à votre sortie. L'organisation logistique et architecturale est adaptée en fonction de cet objectif : elle implique un engagement tout particulier pour donner un sens très concret à la notion de bientraitance : mobilier, bruit, odeur etc.

Organiser le continuum entre la pensée et l'action : il s'agit de créer un climat continu de réflexion sur les pratiques professionnelles. Ce questionnement permet aux acteurs une prise de recul et de distance nécessaires à toute observation critique de leur action individuelle et collective. Les actions mises en œuvre dans l'établissement impliquent plusieurs outils : le comité d'éthique, le développement des analyses de pratiques, et le développement de la recherche.

Assurer un soutien constant aux professionnels : la bientraitance des personnels constitue un enjeu majeur pour votre bientraitance, et est repris pleinement dans le projet de ressources humaines. Le soutien constant aux équipes, par un management de proximité de qualité, permet de développer largement l'aptitude des professionnels à interférer positivement avec les patients de l'hôpital.

4. Une organisation performante au service de la qualité à l'hôpital Jean Jaurès

Autour du Comité de pilotage qualité et de la Commission Médicale d'Etablissement, l'hôpital anime un réseau d'instances associées aux objectifs qualité :

La CRUQ (Commission de Relation avec les usagers et de Qualité de la prise en charge) est destinataire des plaintes adressées par les patients et leur entourage à l'établissement. Elle veille au respect de vos droits, et fait des propositions en matière d'information des patients. Elle est consultée pour toutes les procédures ayant trait à l'information des patients.

Le COMEDIMS (Comité du Médicament et des Dispositifs Médicaux Stériles) est en charge de la politique du médicament. Il valide le livret thérapeutique, les procédures liées au circuit du médicament et propose les actions visant à réduire les risques lié aux médicaments.

Le CLUDS (Comité de Lutte contre la Douleur et des Soins palliatifs) détermine le plan d'action lié à la prise en charge de la douleur dans l'établissement. Il s'assure de l'évaluation de la douleur et propose les thérapeutiques adaptées aux différentes situations inhérentes à l'activité de l'établissement et au type de patients accueillis.

Le CLIN (Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales) détermine la politique à mener en matière de lutte contre les risques infectieux. Il suit les résultats de l'ensemble des prélèvements bactériologiques réalisés, et propose la rédaction et l'évaluation de protocoles permettant de réduire les risques infectieux. Il programme les formations à l'hygiène nécessaires pour les soignants et les enquêtes permettant d'évaluer l'impact des formations et protocoles mis en place.

Le CSTH (Comité de Sécurité Transfusionnelle et d'Hémovigilance) s'assure que les mesures en place relatives au déroulement des transfusions permettent d'une part de réduire les risques liés à cette pratique et d'autre part de garantir la bonne information des patients concernés.

Le CHSCT (Comité d'Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail) contribue à l'amélioration des conditions de travail et la réduction des risques auxquels sont exposés les salariés de l'établissement.

Le Comité Restauration s'assure de la qualité de l'interface entre les services de soins et la cuisine. Il propose des actions d'amélioration pour répondre aux évènements indésirables relatifs à la cuisine.